Avertir le modérateur

11/02/2008

Poils à tout prix...

Epilation, balnéothérapie, fitness…Rien n’est trop beau pour son animal de compagnie. A un point tel que les prix s’affolent, et que le luxe pour chien devient tendance. Enquête dans la haute société canine.


Un parfum, un collier signé Dior, un manteau à carreaux Burberry…Ce pourrait être la description d’une élégante bourgeoise parisienne. Il s’agit néanmoins du portrait de Titus, brave petite bête à poils de cinq ans. Un chien de la « haute », ce Titus. Malgré une jambe qui le fait légèrement claudiquer, le bichon maltais avance fièrement, en compagnie de sa maîtresse, dans un salon de toilettage de luxe dans le VIIIe arrondissement. Titus vient aujourd’hui se faire épiler les pattes pour la modeste somme de 110 euros.

« J’ai senti le vent tourner »
Le décor du salon est à la limite de la caricature. Rose bonbon du carrelage aux néons et Carla Bruni en fond sonore « pour détendre nos petits amis » nous confie Igor. Dans une vitrine cadenassée, des laisses et des colliers griffés. Igor est le toiletteur en chef. Il a ouvert sa propre boutique de luxe canin, il y a cinq ans, après dix ans de bons et loyaux services dans la coiffure haute gamme. « J’ai senti le vent tourner » dit-il. « Quand j’ai ouvert mon salon, nous étions une dizaine sur Paris dans le domaine. Aujourd’hui, nous sommes plus de trente. Nous avons une réelle demande depuis trois ans, en partie grâce à la médiatisation des chiens de stars, comme Tinkerbell le chien de Paris Hilton. Et en trois ans, j’ai doublé mon chiffre d’affaires. » Titus râle. Pas très emballé semble-t-il par cette séance d’épilation. « J’aime être parfaite jusqu’au bout, et c’est un vrai plaisir de savoir que mon chien peut l’être aussi. C’est un luxe pour Titus et pour moi ! » avoue sa maîtresse.

 

 



 



Bête de mode
Et le marché du luxe canin est florissant. Il s’élèverait au total à 52 milliards de dollars. Aux galeries Lafayette, un rayon entier est consacré à cette nouvelle lubie. Un couple d’Anglais discute, au rez-de-chaussée du magasin, devant une palette de gamelles signées. « C’est sûr que c’est un objet de luxe pour notre chien, mais c’est aussi un objet design pour notre maison. On pense aussi à nous. C’est la première fois que l’on voit ça, alors on en profite. Paris, c’est le luxe jusqu’au bout ! » Selon Sylvie L., la responsable du rayon, les clients sont en majeure partie des étrangers. Une passante écoeurée ironise : « On n’a même pas de quoi nourrir toute la planète, et on achète du Stark aux chiens…On marche sur la tête ! » Les galeries Lafayette ne sont pas les seules à exploiter le filon. À l’hôtel Trianon, à Versailles, les chiens sont des pensionnaires comme les autres, avec un room service 24h/24, et un petit déjeuner compris. Bien sûr, le prix est à la hauteur du service, c’est-à-dire 365 euros par chien et par nuit. Même la mode s’y met : Marie Poirier s’est spécialisée dans une coupe design spéciale Yorkshire à plus d'une centaine d'euros le coup de ciseau, ou plutôt le coup de tondeuse ; Ralph Lauren a lancé son premier défilé canin ; et la créatrice japonaise Yazbukey a décidé d’assortir les vêtements du chien aux vêtements du maître.





Une cure canine à 220 euros
Autre rendez-vous « hype » du luxe canin : City Canine, dans le XVe arrondissement. Ici, tout repose sur le bien-être du chien. L’idée a été importée des Etats-Unis par Francesca Caffarena, il y a six mois. Au programme pour ces chers compagnons : massage, balnéothérapie, fitness et régime. Gatsby, un teckel taciturne, patauge dans le jacuzzi. De l’autre côté de la cloison, huit chiens se courent après en attendant la sacro-sainte « promenade de remise en forme ». « Certains chiens souffrent d’embonpoint », constate Francesca. « À nous d’établir un programme alimentaire diététique et sportif, en relation avec un vétérinaire. Le chien d’aujourd’hui est un véritable membre de la famille, plus seulement un chien de garde ou un toutou à sa mémère. » Autant dire qu’il en va de soi à 220 euros la cure.
cc4f3b0facef1fee66e30ec8443c08d4.jpg
Objet d’apparat ?
« La société française souffre de « toutoumania », à l’instar de la société américaine. » Pour César M., psychologue parisien sur le comportement des chiens et de leurs maîtres, « soit le propriétaire infantilise son chien comme un bébé, et il devient alors l’objet de toute son attention, d’où la création de crèches canines. Soit il devient un objet d’apparat, comme un sac à main. »

Retrouvailles avec Titus qui défile, tête haute, sur le boulevard Haussmann. Dans trois semaines, il fêtera son sixième anniversaire. L’occasion pour sa maîtresse d’organiser une petite fête entre amis canins. Les deux compères se rendent rue Mademoiselle, une pâtisserie qui cuisine des gâteaux en forme d’os. « Rien n’est trop beau pour lui, même si le gâteau coûte dix euros pièce » dit-elle. À croire que Paris est devenue la capitale du luxe…pour chien.

Commentaires

Bravo pour ce blog. Il est vraiment excellent. Le meilleur sur le sujet ...

Écrit par : Un admirateur | 11/02/2008

J'aimerai acheter la même veste à mon dog allemand que sur la photo, où est ce que je peux la trouver ?

Écrit par : un admirateur | 11/02/2008

Hi. I'm looking for a friends for my puppy Tinkerbell. Is the dog on the picture a female or a male?
Love,
XOXO
Paris

Écrit par : Paris Hilton | 12/02/2008

Bonjour merci pour toutes ces informations, si ca intéresse quelqu'un j'aime bien ce blog aussi http://chiens-chats-luxe.blogspot.com/

Écrit par : kay | 21/02/2008

il y a egalement des produits originaux sur http://www.chien-collier.fr

Écrit par : collier chien | 31/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu